Croquez la pomme!

La pomme du jour

La pomme du jour

La pomme, chez nous, c’est (presque) une histoire d’amour… Qui avait pourtant mal commencé, le jour où Chéri s’est laissé embobiner par des vendeurs à domicile, qui lui ont refilé 5 caisses de pommes pour la modique somme de… plus de 100€ si mes souvenirs sont bons!
Autant dire que quand j’ai découvert l’empilement de cageots dans la cuisine en rentrant, et qu’il m’a annoncé le montant payé, j’ai vu rouge (le prix au kilo était hallucinant, en plus!).
Comme elles étaient là, toutes ces pommes, et qu’on les avait payées au prix fort, hors de question de les laisser perdre! On a donc pris l’habitude de piocher dans les cageots de pommes dès qu’on avait un petit creux. Idem pour les enfants qui étaient alors hauts comme 3 pommes (pardon, j’étais obligée de la placer 🙂 ), et même la petite dernière qui était encore à 4 pattes s’y est mise. Il faut dire que les caisses de pomme étaient posées sur le sol dans un coin de la cuisine, donc facilement accessibles.
Au final, on a réussi à manger ces dizaines de kilos de pommes sans trop en perdre. Et surtout on a pris une super habitude! Aujourd’hui, notre corbeille de fruits contient toujours une base de pommes (qu’on achète moins cher et en plus petite quantité!), et les enfants ne grignotent quasiment jamais de gâteaux, biscuits ou sucreries, mais des pommes! (c’est valable pour nous aussi…)

Pourquoi c’est bon de manger des pommes?

Vu toutes les études scientifiques qui démontrent les bienfaits des pommes, je me dis que c’est plutôt une bonne chose. D’ailleurs souvenez-nous du vieil adage « Une pomme par jour éloigne le médecin »! Et bien nos grands-mères avaient raison.

Déjà, tout le monde le sait, la pomme c’est bon parce que c’est peu calorique et « coupe-faim », même si je n’aime pas trop ce terme. Quand on a un petit creux, plutôt que de se ruer sur une barre chocolatée qui va nous faire mourir de faim 1h après, autant croquer une pomme. Pour quelques calories, l’effet rassasiant (voire bourratif) est garantie. En plus, on est calé pour longtemps, car la pomme a un index glycémique bas. En (très-très) abrégé, ça veut dire que le corps va la digérer lentement, et pas d’un seul coup en stockant toute l’énergie qu’elle apporte. Et puis la pomme, elle est aussi riche en fibres (elle est parfaite, quoi!).

Mais les dernières études scientifiques ont trouvé des arguments encore plus chocs pour  vous faire manger des pommes (y aurait-il un loby des pommes???).
En 2103, de nombreux articles de presse présentaient carrément la pomme comme « le fruit anti-obésité »! La raison? Deux études scientifiques [1] qui avaient montré que les polyphénols contenus dans les pommes limitaient le stockage des graisses en empêchant la croissance des adipocytes (nos cellules stockeuses de graisse, qui nous font de la vilaine cellulite), en régulant des gènes impliqués dans le stockage des graisses. Un peu compliqué, tout ça, mais ce qu’on pouvait en retenir, ce que la pomme empêchait de grossir et surtout empêchait de stocker du gras!

La meilleure des pommes pour la santé? La Granny Smith!

La meilleure des pommes pour la santé?
La Granny Smith!

Et puis il y a quelques semaines, une nouvelle étude [2] a mis les bienfaits de la pomme en lumière. L’une des grandes tendances actuelles dans le monde de la recherche (et oui, sachez-le, il y a aussi des « tendances » dans la recherche!), c’est de s’intéresser au microbiote, ce qu’on appelait il n’y a pas si longtemps la flore intestinale. On sait en effet depuis peu que la flore intestinale a un rôle clé dans de nombreuses fonctions de notre corps, le développement de nombreuses maladies, et aussi dans la prise ou la perte de poids. La flore intestinale, ce sont des millions de bactéries qui travaillent dans notre ventre pour digérer ce que nous mangeons. Schématiquement, il y a de mauvaises bactéries qui vont avoir des effets néfastes pour notre santé, et des bonnes bactéries qui au contraire vont nous protéger. Mais que vient faire la pomme là-dedans? Et bien ses polyphénols ne sont pas digérés dans la première partie de notre système digestif, et arrivent ainsi jusqu’au côlon. Là ils sont fermentés par les petites bactéries de notre flore intestinale, et permettent aux bonnes bactéries de se développer. Ces bonnes bactéries vont à leur tour réduire l’inflammation qui peut exister au niveau intestinal. Or c’est cette inflammation qui est responsable de la prise de poids, pouvant aller jusqu’à l’obésité, et plus simplement de certaines intolérances alimentaires ou problèmes digestifs.

Alors ayez toujours une pomme à croquer sur vous, comme le disent si bien les publicitaires, « c’est actif à l’intérieur, et ça se voit à l’extérieur » 😉

[1] Boqué N, de la Iglesia R, de la Garza AL, Milagro FI, Olivares M, Bañuelos O, Soria AC, Rodríguez-Sánchez S, Martínez JA, Campión J.. Prevention of diet-induced obesity by apple polyphenols in Wistar rats through regulation of adipocyte gene expression and DNA methylation patterns. Mol Nutr Food Res 2013 ; 57 : 1473-8.

[2] Condezo-Hoyos L., Mohanty IP., Noratto GD. Assessing non-digestible compounds in apple cultivars and their potential as modulators of obese faecal microbiota in vitro. Food Chem. 2014 Oct 15;161:208-15.

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :