Survivre au réveillon de Noël sans indigestion!

Quelques astuces pour ne pas trop manger pendant les fêtes…

C’est une tradition, le repas de réveillon est souvent gargantuesque, avec plusieurs entrées/plats/desserts pas toujours des plus légers (non, le foie gras et le saumon fumé, ce n’est pas light…). La tradition qui va avec, ce sont les kilos en plus sur la balance, voire l’indigestion :/
Pourtant, grâce à quelques astuces simples qui ne vous empêcheront pas de profiter du repas, on peut bien manger, mais pas trop, au réveillon!
Bien sûr, la situation est différente selon que vous soyez invitée ou que vous receviez chez vous. Voici quelques astuces que j’ai expérimentées au fil des années pour survivre au réveillon, et réussir à manger avec plaisir mais sans overdose, que ce soit à la maison ou à l’extérieur.

Vous êtes invitée pour le repas du Réveillon

C’est la situation la plus difficile car vous n’avez aucun pouvoir sur le menu et l’abondance des plats. Malgré tout, vous pouvez vous en sortir sans ouvrir le bouton du pantalon arrivée au dessert 😉

La règle d’or, c’est de manger un peu avant de partir. Arriver le ventre vide, c’est en effet le meilleur moyen de se jeter sur les petits fours et autres gâteaux apéros qui nous font de l’œil. Sans compter que si vous ne voulez pas être pompette dès l’apéro, mieux vaut là encore avoir mangé un petit quelque chose.

Ensuite, évitez vos « aliments compulsifs ». Vous savez, ceux que vous continuez à manger encore et encore, incapable de vous arrêter. A l’apéro, ça peut être les cacahuètes, les Pringles, les chips… (pour moi ça marche aussi très bien avec les bonbons Daim, mais heureusement il n’y en pas souvent à l’apéritif 😉 ). Le plus simple, c’est de ne pas commencer à en manger, pour vous éviter la frustration suprême de n’en manger qu’une bouchée, ou la culpabilité de boulotter toute la coupelle.

Une fois à table, servez-vous des portions les plus petites possibles. Le piège: se servir la même assiette que d’habitude, alors qu’il y aura 2 entrées, 1 plat avec 4 accompagnements, 1 plateau de fromage démentiel, et une bonne grosse bûche… Voire des petits sablés avec le café!
Si vous êtes chez des « bons-vivants » (ou si Belle-Maman cherche à vous engraisser), essayez de répartir au maximum les différents éléments du plat dans votre assiette pour occuper l’espace, ce qui vous évitera les commentaires du style « tu ne manges rien! », « attends, je vais t’en remettre un peu ».
Si vous êtes amatrice de fromage, prenez des mini-morceaux de tout ce qui vous fait envie. On peut tout à fait trouver un juste milieu entre frustration et abus!

Pour le dessert, c’est plus compliqué, étant donné que le gâteau ou la bûche sont souvent coupés en part avant d’être servis. Vous pouvez toujours essayer de trouver un(e) complice pour partager une part en 2, ce qui se fait très facilement (il suffit de récupérer une seconde assiette vide), la requête « moi je prendrai seulement une petite part de gâteau » n’ayant en général que peu de résultats…

Si c’est vous qui recevez à la maison

Ça peut sembler plus facile au premier abord, car on contrôle le menu. Sauf que souvent, on a envie de faire du beau, du bon… du trop! On a souvent peur de ne pas avoir assez, et donc on prévoit de trop grosses quantités. Au fil du repas, on voit les restes qui augmentent, alors on presse les invités pour qu’ils en reprennent « un petit peu ». Il faut donc commencer par veiller à son propre comportement!

Dès l’apéritif, miser sur un buffet diversifié mais light. Évitez les gâteaux apéritifs ultra-gras, et autres cacahuètes (ça tombe bien, c’est dangereux pour les enfants). Prévoyez éventuellement une table à part avec quelques gâteaux apéros spécialement pour les enfants déjà grands (ici ce sont les Munster Munch qui font fureur, on en met un petit paquet et quand il n’y en a plus, c’est fini!). Vous n’êtes pas obligée non plus de sortir les traditionnels bâtonnets de légumes avec la sauce aux yaourts, qui on un côté un peu trop « régime » 😉 Il y a plein d’idées de verrines apéritifs, notamment sur Pinterest, où vous mettez des fruits, des petits légumes, etc… Ce n’est pas forcément très longs à préparer, car vous en faites une quantité importante à répartir ensuite dans les verrines. Et les enfants peuvent vous aider dès 2 ans!

Verrine testée l'an passé au Réveillon, un délice!

Verrine poissons fumés /pomme verte, testée l’an passé au Réveillon, un délice!

Pour le repas, misez sur les mini-portions avec une jolie décoration d’assiette si vous servez à l’assiette (petits légumes joliment présentés, salade, etc…), ou un élément du plat qui prend du volume. Parce que si votre assiette est à moitié remplie de salade/légumes, il vous restera moins de place pour le reste. Vos convives ne s’en rendront pas compte, et vous diront merci au final de sortir de table sans avoir l’impression d’exploser!
J’aime beaucoup notamment préparer une poêlée de champignons (à condition de ne pas les noyer dans le beurre, mais d’en ajouter seulement une noisette!).
Sinon l’année dernière, nous avions opté pour du poisson en plat principal et ça faisait du bien! Mais je sais qu’il y a des inconditionnels de la dinde ou du chapon…

Notre plat de l'année dernière, une recette signée Mercotte (qui ne fait pas que de la pâtisserie!)

Notre plat de l’année dernière, une recette signée Mercotte (qui ne fait pas que de la pâtisserie!)

Enfin pour le dessert, ayez la main légère. Les parts conseillées sont souvent beaucoup trop grosses. Soyez certaine d’une chose, vos convives n’auront plus faim!!! Misez sur un petit coulis de fruits pour accompagner votre petite part de gâteau ou bûche, et encore une fois, soignez la présentation pour avoir une belle assiette bien qu’elle soit peu remplie!

Qu’est-ce qu’on boit?

Côté alcool, évitez les alcools forts ou très sucrés, c’est le plein de calories assurées. Le champagne par contre est excellent 😉 Et 2 verres de vin peuvent suffire pour votre repas, selon le menu: 1 verre de vin blanc pour débuter puis 1 verre de vin rouge pour la suite. Pensez surtout à boire suffisamment d’eau, en préférant la pétillante pour faciliter la digestion (votre corps en aura bien besoin!).

Enfin les jours suivants, prévoyez de manger léger, mais ça, ça devrait se faire naturellement 😉
Par contre, j’évite les diètes ou les menus super-light juste avant le réveillon, en prévision des repas où on va manger trop. Parce que le fait de re-manger beaucoup d’un seul coup le soir du réveillon fait se sentir super mal (parfois au sens propre du terme!). On profite de Noël avant le réveillon, et pour la détox, on verra après!

Joyeux Noël

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :