Lâcher prise

JE COURS. Tous les jours. Pas avec mes baskets, comme je le voudrais. Je cours en ballerines, en boots, ou même en talons. Je cours après le temps.
Dès le matin, à peine levée, je cours pour tout préparer, pour être à l’heure à l’école, pour ranger la maison, pour commencer à bosser avant 9h… Puis pour être à l’école avant 13h45, pour préparer le déjeuner, pour être de retour à 13h20. Je peux m’arrêter là : vous connaissez la suite sans doute aussi bien que moi, vous la vivez tous les jours.
Je cours pour essayer d’optimiser mes journées, ne pas perdre 1 seule précieuse minute de ce temps qui défile toujours trop vite. A croire qu’on aurait été projeté dans un dimension parallèle où le temps s’écoulerait plus vite (et si???).

Mercredi dernier, dans ce temps minutieusement organisé : il y avait un trou de 30 minutes. 30  minutes de gagnées un mercredi (gagnées sur qui d’ailleurs, se battrait-on contre un ennemi invisible?), c’était une aubaine dont il fallait a-bso-lu-ment que je profite. Mon cerveau bouillonnait déjà d’idées quant à toutes les choses indispensables que j’allais pouvoir faire pendant ces 30 minutes sans enfants. Car oui, cerise sur le gâteau, sésame de la mère active du mercredi, après avoir déposé chacun des crapouillots à leurs activités respectives, ces 30 minutes était sans enfants. Kids-free pour les mamans branchées 😉

Et finalement… Une fois la lourde porte en bois du conservatoire refermée, j’ai débranché.
Tout.
Sans l’avoir prévu ni programmé.
J’ai déambulé au hasard dans les rues d’Annecy. Le hasard étant mon ami, il m’a amené devant le marchand de glaces. J’ai choisi une glace, rien que pour moi, j’ai hésité devant les parfums pour le plaisir, et j’ai continué ma promenade. J’ai marché doucement, j’ai « flâné » pour être exacte, et c’était bon. J’ai regardé les gens en vacances, qui prenaient leur temps (ou pas), j’ai senti le soleil qui me réchauffait, j’ai admiré la lumière déjà plus douce sur les canaux de la ville. Sans penser à rien. Ni à ma to-do liste que je ne cochais pas, ni au bug du site que je développe, ni au menu du soir. Et je me suis sentie vivante. Bien. Heureuse. Je crois que c’est ce qu’on appelle la plénitude. Être au bon endroit, au bon moment, et le savourer, tout simplement.

Ici et là, je vois du découragement, des envies d’abandonner. Envie que je partage, parfois. Alors que finalement, rien ne sert de courir (oui, il faut partir à point, tout le monde le sait 😉 ). Vivre, ça peut être tellement plus simple, si on remet ses priorités au centre.
La semaine dernière, je me suis lancée dans un beau mind-mapping… Que j’ai commencé en écrivant au centre « ce que je voudrais ». Tout y passé : mes rêves les plus fous comme des petits « trucs » du quotidien (oui, j’ai écrit « avoir une maison propre et rangée »!). Depuis, tout ce que je fais, décide, prévois, c’est en intégrant cette carte. Une piqûre de rappel nécessaire de la période où j’avais décidé de vivre la vie de mes rêves 😉
Ici aussi, je suis moins présente. Parce qu’écrire pour le blog est un plaisir, un moment de détente, et que je ne veux pas en faire une contrainte. Et ça, il n’y a que moi qui peut en décider.
Et vous aussi, vous pouvez décider des priorités que vous voulez mettre dans votre vie. Demain c’est lundi, un bon jour pour commencer, non?

4 Comments on Lâcher prise

  1. Egalimère
    26/09/2016 at 13 h 01 min (8 mois ago)

    Je suis exactement dans la même situation en ce moment… Je cours, je cours, je cours et j’ai l’impression que le temps m’échappe.
    Moins présente sur le blog, j’essaie de rester active sur les réseaux sociaux mais l’écriture me manque.
    Nous commençons à prendre nos nouvelles marques avec tous ces changements d’horaire des activités sportives et culturelles des un.e.s et des autres et j’espère qu’une fois le rythme sera établi, nous pourrons à nouveau prendre du temps. Pour nous. Pour souffler. Pour nous retrouver…

    Répondre
    • Ludivine
      26/09/2016 at 13 h 43 min (8 mois ago)

      Il faut dire que septembre est un mois charnière. Mais préserver des petites pauses, c’est tellement bon!

      Répondre
  2. maman est occupée
    26/09/2016 at 16 h 42 min (8 mois ago)

    Tu vois, la pause du midi passée à l’extérieur, ça a du bon : on a du temps pour flâner, faire du shopping et j’en passe, sans courir !

    Répondre
    • Ludivine
      27/09/2016 at 9 h 43 min (8 mois ago)

      J’aimais beaucoup la pause du midi quand j’étais salariée! Même si j’en profitais souvent pour faire plein de trucs administratifs ou les courses 😉

      Répondre

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :