La voiture va tomber

Je n’ai pas pris de photos. Aucune. Je n’ai rien partagé sur les réseaux sociaux, moi pour qui c’est pourtant un réflexe. Ces images sont et resteront gravées dans ma tête, uniquement. La voiture fracassée contre la glissière de sécurité, les crapouillots en rang d’oignons dans le camion de pompier, les crapouillots assis dans la voiture de gendarmerie, les lumières bleues des gyrophares dans la nuit, tout autour de nous…

C’était jeudi, il était 22h55, sur l’A85. On discutait tranquillement avec mon chéri pendant que les enfants dormaient à l’arrière. On venait de passer une averse de neige qui nous avait fait rigoler, avec notre voiture de néo-savoyards équipée de 4 pneus neige. Là plus rien, ça roulait bien. La route commençait à être longue mais il ne nous restait que quelques kilomètres avant de nous arrêter dormir à l’hôtel.
Et puis la voiture qui commence à zigzager. A chaque embardée, elle part de plus en plus. A 130 km/h, je ne contrôle plus rien et je le sais. Je n’essaie même pas d’ailleurs, je tiens le volant aussi droit que possible et j’attend… Je ne freine pas, je sais qu’on va finir par taper quelque part, il n’y a aucune autre possibilité de s’arrêter autrement. Je crois avoir écrasé la pédale de frein lorsque j’ai vu le terre-plein central de l’autoroute, en béton, juste devant nous. On a tapé, bien sûr. Je me souviens m’être dit « voilà, on y est, on a un accident ». La voiture a tourné dans tous les sens, puis rebondi contre la glissière de sécurité de l’autre côté. A aucun moment, je ne me suis dit que ça allait être grave. Je n’ai pas vu ma vie défiler, je n’ai pas penser qu’il pourrait arriver quelque chose à mes enfants. Je crois que mon cerveau a une protection qui lui empêche de formuler consciemment les trucs les plus atroces. Il m’est arrivé la même chose à la naissance de Poupoune quand il a fallu la réanimer.
La voiture a fini par s’arrêter. Un des enfants a chouiné. Tout le monde va bien? Oui, tout le monde répond. Et là, le passage en mode pilote automatique. Il faut sortir de la voiture, le danger est maintenant, des voitures et camion qui vont arriver sur nous. Plus de feux, plus de warnings, nous sommes invisibles. Ma portière est bloquée par la glissière de sécurité, je ne peux pas sortir. Je la secoue comme 1 forcené une demi-seconde alors que je sais qu’elle ne peut pas s’ouvrir. Ne pas craquer, reprendre ses esprits. Je passe à l’arrière, j’ouvre la porte des enfants. Les garçons se sont déjà détachés, ils sortent en même temps que nous. Poupoune n’arrive pas à se détacher. Il faut dire que 3 réhausseurs à l’arrière de la Xsara, c’est une sacrée galère pour les ceintures de sécurité. Je l’extirpe comme je peux, elle a encore la ceinture autour des jambes. Je lui l’enlève et la passe derrière la glissière de sécurité, aucune voiture n’est encore passée sur la route. Mon chéri me dit qu’il a mon téléphone, j’attrape le sac avec mon ordinateur de boulot au passage (j’ai honte après coup, j’ai tout laissé dans la voiture -normal- y compris mon sac à main, mais j’ai pensé absolument à prendre mon ordi de boulot. Le sens des priorités…).
Nous sommes tous derrière la glissière, on s’éloigne le plus possible, à cet instant je crains le sur-accident, la première voiture ou le premier camion qui va arriver…
Je veux prévenir les secours mais je ne sais pas quel numéro faire. J’ai l’appli SOS Secours installé sur le téléphone (suite à ma première épopée autoroutière l’été dernier), mais je ne suis pas sur la bonne autoroute. Je tente un numéro que je crois être d’urgence, il n’est pas attribué. J’appelle les pompiers. Le problème c’est que je ne sais pas vraiment où on est… En même temps, mon Chéri voit une borne de secours toute proche de nous (voir le bon côté des choses, toujours 😉 ). Il y va pendant que je suis au téléphone avec les pompiers et que je gère les enfants. Qui ont un peu froid, mais connaissent la situation (merci notre Espace et ses pannes récurrentes, on est des pros…). Ma Poupoune répète juste « la voiture va tomber! » : la voiture s’est encastrée dans la glissière de sécurité et nous sommes en contrebas, le kayak sur le toit est un peu tombé en avant, et c’est vrai que du coup, on l’impression que l’ensemble est dans un équilibre précaire et menace de glisser vers le bas. Je la rassure, il y a une barrière qui tient la voiture, elle ne peut plus bouger. Un camion s’arrête pour dire à mon Chéri que la voiture n’est pas très visible… et repart! Non mais WTF??? Heureusement, 2 camions et 1 voiture s’arrêtent ensuite, un peu après l’accident. Les enfants sont mis au chaud dans un poids-lourd, on discute avec les gens. « Non, non, on n’est pas blessé ». « Oui, c’est un miracle ». « Non, on ne sait pas ce qui s’est passé ».
Les pompiers mettront presque 30 minutes à arriver. Heureusement qu’on n’est pas blessé… Un pompier glisse en venant vers nous, le sol est une vraie patinoire. On est pris en charge, je pense à Estamillia. Je tente de petites blagues aussi 😉
On sait que notre voiture est morte (et nous pas, ouf), on est déjà dans l’après, organiser le retour, je regarde le prix des billets d’avion pour retourner en Savoie. Stratégie d’évitement, ça nous évite de penser que ça aurait pu être pire. Le patrouilleur vient « gentiment » nous dire qu’on est monté très haut quand on a tapé le terre-plein central et qu’on était à rien du tout de passer de l’autre côté de l’autoroute, sur les voies opposées (c’est censé nous rassurer?). Les pompiers, les gendarmes, les services de l’autoroute, demandent des précisions au conducteur et vont TOUS voir mon Chéri. C’est moi qui conduisait. Je pense à Egalimère.
La suite, c’est la procédure routinière. Les papiers, le départ en dépanneuse, gérer les prestations de l’assistance (il faut se battre pour s’en sortir et avoir quelque chose, même à 2 heures du matin…).
Nous arrivons finalement à obtenir une voiture de location, et nous arriverons à l’hôtel à Tours à 4 heures du matin… pour en repartir à 7 heures car nous avons des rendez-vous à Rennes dans la matinée.
Ensuite il faut raconter à tout le monde, et le comble, rassurer les gens 😉 Qui ont du mal à comprendre que nous n’ayons rien quand on raconte ce qui s’est passé! Heureusement que nous sommes face à eux.
Et puis surtout, il faut lutter contre la poisse qui nous poursuit. A peine la voiture de location récupérée, nous faisons 1km sur la route verglacée pour rejoindre enfin notre hôtel, un énorme sanglier traverse la route devant nous… Le lendemain, on rentre dans le Morbihan, c’est un chien qui décide de tester nos réflexes. Et Dimanche, en plein après-midi, sur une route dégagée, une biche qui sort de nulle part et se jette sous nos roues. Je me suis fait mal au pied tellement j’ai écrasé la pédale de frein, les enfants se sont fait mal car ils ont été projetés en avant, j’ai dû laisser de la gomme sur la route, mais la biche n’a pas touchée la voiture (à quelques centimètres, je pense…). J’envisage une reconversion en pilote automobile, je pense que je suis pas mal, non?

Bref, demain je reprends la route pour traverser la France : #BretagneAnnecy.
Je ne suis pas particulièrement sereine….

26 réflexions sur “La voiture va tomber”

  1. C est vraiment horrible. J ai eu un accident en 2011 sur l’autoroute en allant bosser on S est encastre à plusieurs voitures a 90km/h . Aujourd hui encore j entends le bruit..
    Mais avec des enfants , de nuit .. Vous avez super bien géré!
    Quand j ai racheté une nouvelle voiture suite à l accident j ai regarde direct Qu elle avait bien 5 étoiles niveau sécurité et c est la première chose que je regarderait encore si je dois en racheter une.
    Quand on a eu un grave accident on regarde les choses différemment.
    Le nouvelle espace possède 5 étoiles 🙂 mais on en a déjà parlé pour toi Renault c est finit 😉

    1. Mais tu sais que la seule voiture qui nous reste, c’est notre Espace à Annecy 😀
      Il ne monte pas les cols mais au moins il emmène les enfants à l’école 😉

  2. Punaise !

    On a eu aussi un accident de la route y’a 10 jours.. Sauf que il y avait que mon homme dans la voiture .. Bien moins important que toi, mais pfiiiouuu quel horreur!

    Les papiers à gérer ect ect .. Je m’en passerai bien surtout quand on te dit on prend pas en charge ca , ca et ca 😑

    Courage à vous 😘

  3. Je frémis à la lecture de ton billet et même plus… Votre bonne étoile ne vous a pas fait défaut mais j’imagine qu’il faudra du temps pour que le traumatisme s’éloigne. je vous embrasse bien fort tous les 5, prenez soin de vous.

    1. J’ai sauté dans le grand bain pour le retour en Haute-Savoir hier… Avec de la pluie et 0°C à l’arrivée.
      Maintenant on est tous au chaud, ouf! Merci pour ton message, la Bretagne s’est quand même plus simple 😉

  4. Mais comment peux-tu penser à moi dans un moment pareil ??? Je viens de vivre cet accident avec toi et j’en frissonne. Mais quel sang froid !!! J’espère que le contre-coup ne sera pas trop rude ni pour toi, ni pour les enfants, ni pour ton mari. En tous cas, c’est une très bonne chose d’en avoir parlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *