maman-forme-decouverte-gastronomie-enfants

Faire découvrir le goût et la gastronomie aux enfants sans prise de tête

Les gens autour de nous sont souvent surpris de voir ce que mangent nos enfants.
Hier, Poupoune lisait les recommandations sur la bouteille de jus Innocent et ne comprenait pas la chute (humoristique) : « PS : mangez des brocolis ».
Réponse du grand frère – qui réfléchit sans comprendre : « ben quoi, c’est trop bon, les brocolis ».
Précision de l’autre grand frère – qui a une piste : « Y’en a qui dise que c’est dégueu » (genre moi, par exemple… Parfois je me demande si ce sont bien mes enfants 😂).

decouverte-gout-gastronomie-enfant-manger-brocolis
Bref, nos enfants ne sont pas bloqués sur les aliments comme les brocolis ou les épinards, même s’ils sont loin de TOUT aimer. Mais que ce soit les ramens dont ils sont fans ou les ban-mihs où ils mettent du piment frais, ils aiment les différentes saveurs et un goût assez développé.
A force d’avoir des remarques de notre entourage, j’ai cherché à comprendre comment on en était arrivé là (si ça peut aider certains 😉 ).

L’apprentissage du goût chez les tout-petits

Qu’on se le dise, chez nous, la bouffe est une passion ! Depuis qu’ils sont tout petits, les twins ont un centre d’intérêt constant : manger. La diversification n’a pas été trop compliquée : ils mettaient tout à la bouche. Ce n’était pas la même histoire avec leur petite sœur, qui elle n’en avait rien à faire…

Avant la diversification, il y a eu l’allaitement. Je ne sais pas si ça a une influence sur le développement du goût, mais on sait que le lait maternel prend le goût des différents aliments que mange la maman. Une première initiation précoce qui ne peut, je pense, qu’être positive pour la suite (mais certainement pas indispensable, on se détend si bébé est au biberon 😀 ).

A l’étape de la diversification, on a opté pour 2 choses : le fait-maison sans prise de tête (on prenait une partie des légumes qu’on cuisinait pour nous) et la Diversification Menée par l’Enfant ou DME (on donne à l’enfant des morceaux qu’il mange seul). Gros succès avec les twins qui ne pensaient qu’à manger, et gros plantage avec leur soeur qui ne mettait rien à la bouche 🤣 Comme quoi, les recettes toutes faites du genre, « moi j’ai fait ça pour les miens et ça marche super, ça marchera forcément pour le tien », ben non…

Pour vraiment développer leur palais dès tout-petits, je crois qu’il y a 2 petits trucs qui ont super bien fonctionné :

  • Les courses au magasin de producteur.
    Ils dévoraient des yeux le rayon fromage et charcuterie, du coup la dame à la coupe leur donnait toujours un truc à goûter. Une petite tranche d’andouille de Guémené, un petit morceau de bleu, des petites choses bien costauds qui leur titillaient les papilles !!!
  • Le marché du dimanche matin.
    Organisation oblige avec des jumeaux, puis avec 3 petits de moins de 2 ans, on n’y était jamais avant 11h ou midi. Le marché se terminait donc systématiquement pour nous par une commande de plats exotiques à découvrir tous ensemble. Des accras, des sushis, des tapas…. On a dû faire petit à petit le tour des stands du marché de la place des Lices à Rennes 😀
decouverte-gout-enfants-boqueria-barcelone
Le marché de la Boqueria, à Barcelone = le paradis sur Terre pour les crapouillots (on s’est fait plaisir !)

Le goût pour les petits et les grands, sans obligation

L’avantage de goûter des trucs en famille, comme au marché, c’est qu’on découvre tous ensemble. On aime… ou pas ! On les a toujours invités à goûter sans les obliger à manger, en acceptant qu’ils puissent dire « dégueu » et en se donnant le droit de le dire nous aussi 😉

A la maison, on ne s’est jamais limité dans nos préparations. Je suis à la base une grande difficile, car petite, mes parents ont « lissé » la préparation des plats : pas de poivre, pas d’épices…. J’ai eu beaucoup de mal ensuite à apprendre à manger des plats forts en goûts (même aujourd’hui, ce n’est pas toujours évident).
Chez nous, il y a du curry, du gingembre, de l’aneth, de l’ail, de la coriandre… que ce soit pour nous ou pour les enfants ! Parfois ils aiment, parfois non, mais ils apprennent à se construire une bibliothèque gustative en goûtant. Et surtout, on ne ferme pas la porte. Je leur explique que le goût évolue quand on grandit, et que s’ils n’aiment pas aujourd’hui, peut-être qu’ils trouveront ça super bons dans quelques mois ou quelques années. Rapport à la longue liste des aliments que je n’aimais pas « avant »…

La découverte de la gastronomie avec les enfants

Les chiens ne font pas des chats, on aime bien manger nous aussi. Et le truc qu’on aime par-dessus tout, ce sont les sorties au resto. On sortait souvent au restaurant avant d’avoir des enfants, on a continué après. Les enfants ont donc toujours eu l’habitude de manger à l’extérieur, dans des cadres assez différents.
Contrairement à ce qu’on pourrait penser, nos sorties en famille dans des restaurants plutôt « chics » et pas du tout conçus pour les familles se sont souvent mieux passées que les sorties au fast-food ou au resto « familial ». Parce qu’il y a toujours une petite attention pour les enfants, des amuses-bouches à découvrir, des plats concoctés spécialement pour eux avec des aliments de qualité et une préparation qui les met en valeur.
Au fil du temps, les crapouillots sont devenus de véritables gastronomes en herbe. Et ils nous réclamaient depuis longtemps de manger dans un « vrai » restaurant gastronomique. Il faut dire que sur les bords du lac d’Annecy et dans la région, les chefs étoilés se croisent -presque- à tous les coins de rue… Sauf que le budget pour un restaurant gastronomique à 5 😱
Et puis… De passage aux Sables d’Olonne pour notre première semaine de vie nomade en famille, on a découvert un petit resto sympathique, 1 étoile au Guide Michelin, avec des tarifs abordables. L’avantage d’être libre de son emploi du temps, c’est qu’on peut y aller le midi en semaine, avec en plus des menus enfants tout à fait accessibles.

maman-forme-decouverte-gastronomie-enfants-cayola
C’est beau ET c’est booooon !

Nous voilà donc tous les 5, un vendredi midi, attablés au restaurant Le Cayola. La vue sur l’océan est à couper le souffle, le soleil est au rendez-vous après 5 jours de pluie et de grisaille, l’ambiance est feutrée. Bien sûr, pas d’enfants en vue (ben oui, ils sont à l’école…). Les nôtres sont exemplaires, ce qui n’est pas toujours le cas (loin de là 😀 ). Déjà, le menu est présenté sur tablette tactile, c’est une bonne entrée en matière 😉 Ensuite, ils prennent le temps de goûter, de savourer, de découvrir des mets qu’ils ne connaissent pas. Ils ont le même menu que nous, en version réduite, et se sentent « comme des grands ». Nous en sortons tous ravis et rassasiés (c’est parfois une crainte mais là on a vraiment bien mangé en quantité). Côté budget, les menus entrée/plat/dessert sont à 15€ pour les enfants de moins de 10 ans, 30€ pour les ados de 10 à 15 ans, et 39€ pour les adultes (59€ avec l’accord mets/vins).
Certes, c’est un budget, mais c’est aussi une véritable expérience. Les enfants ont découvert qu’ils pouvaient aimer des aliments qu’ils n’aimaient pas à la base, grâce à une superbe préparation. C’était une très belle leçon d’ouverture d’esprit (de goût ^_^), de ne pas s’arrêter à sa première opinion et d’oser s’aventurer sur des terrains gustatifs inconnus. Les enfants ont aussi été impressionnés par le côté « parfait » de l’endroit et le service ultra-soigné. Je crois même qu’une vocation est née, affaire à suivre….

Et vous, sortie au restau en famille ou pas ? Vous enfants sont plutôt aventuriers du goût ou néophobes alimentaires ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *