Le Journal d’une Mam’an Forme

Mes astuces et conseils pour une vie de maman avec du fun dedans

Simplifie ton quotidien pour enfin profiter de TA vie !

Découvre comment manger des trucs « healthy » en famille, bouger ton popotin et prendre du temps rien que pour toi… même si les journées ne font que 24h !

maman-forme-blog-lac-annecy-40-ans-20-kilos-trop-pas-en-forme

40 ans, 20 kilos en trop et plus du tout la forme…

J’ai 40 ans, j’ai pris 20 kilos et je ne suis plus du tout en forme.
J’ai l’impression de faire mon coming-out en écrivant ces mots… Il faut dire que pour une fille dont le blog s’appelle Mam’an Forme, qui a fait une fac de sport et qui propose d’aider les mamans à garder la forme, c’est un peu dur à accepter et à (s’)avouer.
Les faits sont là : aujourd’hui, je mesure 1m61, je pèse 73,6kg et j’ai un taux de masse grasse de 38%.
C’est simple, je pesais moins juste avant d’accoucher de mes jumeaux.

Avant d’avoir des enfants, je tournais autour des 50 kilos (évitant de passer trop souvent au-dessus) ce qui me classait dans la case des filles normales-plutôt-minces.
Quatre semaines après la naissance des garçons, j’étais montée sur la balance pour une sortie « shopping » (= trouver un jean convenable pour mon nouveau corps de maman) : j’étais déjà revenue à 54 kilos. Je n’ai plus approché une balance pendant bien longtemps ensuite, jusqu’à une tentative de reprise du sport 1 an plus tard. Je me souviens parfaitement avoir engueulé la balance-board du programme Wii Fit, que m’informait que j’avais pris un peu de poids depuis notre dernière session, et que c’était une bonne idée de faire de l’exercice. Quelques jours plus tard, cette « petite prise de poids » se concrétisait sous la forme d’une future petite sœur…
Maman de 3 enfants, je crois que je ne suis jamais revenue à mon poids de jeune fille. Mais j’ai toujours gardé une activité physique régulière et un poids de forme qui me convenait. J’ai pris plaisir à bouger avec mes enfants, j’ai créé Mam’an Forme pour aider les autres mamans à concilier une vie de maman, une activité physique avec leurs enfants et une alimentation équilibrée en famille, tout allait plutôt bien.

Alors à quel moment mon corps est parti en cacahuète ???

Sans doute à peu près en même temps que ma vie à moi… J’avais confié ici avoir réalisé, 10 ans après être devenue maman, le vide que la maternité avait créé en moi. Cette prise de conscience, c’était le résultat de plusieurs années difficiles, de mal-être non-identifié, de sensation d’être débordée, de tout gérer en permanence. A l’époque, la nourriture (de préférence grasse et sucrée) était un des seuls plaisirs qui me restait, et j’avais déjà pris quelques kilos. Je surveillais plus la barre des 60 kilos que celle des 50 kilos de ma jeunesse… Mais à coup de petits régimes express, j’arrivais à faire bonne figure au moment de me mettre en maillot au bord du lac.

Et puis, je suis tombée dans le piège du « body positive ». Pour moi, ça a vraiment été comme un piège dans lequel je me suis laissée enfermée. Après avoir réalisé que ma vie à moi était passée aux oubliettes, j’avais d’ailleurs écrit un article sur « c’est quoi être en forme quand on est maman« , où je mettais en avant l’importance d’être en paix avec son corps et de ne pas se prendre la tête.
Ah ça, je ne me suis pas pris la tête ! Par contre, j’ai pris des kilos…

C’est à la même période que nous avons décidé de changer de vie, et que nous sommes partis découvrir le monde en famille. Je ne me suis pas méfiée… Quand nous étions en voyage, nous marchions beaucoup, souvent 10 à 15 km par jour. Mais nous passions aussi beaucoup de temps à découvrir la gastronomie et les vins locaux ^_^ Et surtout, quand nous étions à la maison, j’étais totalement sédentaire (pas merci les confinements). En gros, rien dans ma vie quotidienne « de base » ne nécessitait une activité physique : pas de déplacements piétons en ville, pas d’enfants à aller chercher à l’école, pas de courses, pas de travail à l’extérieur (mais des heures assises derrière mon ordinateur). Lorsqu’on a pu recommencer à voyager, j’en ai profité pour refaire ma garde-robe, en mode « je dois m’accepter comme je suis ». Et on a continué à profiter des découvertes culinaires et apéritives de nos nouvelles destinations… Et les kilos ont continué à s’accumuler.

Sauf qu’aujourd’hui, je ne peux plus me voiler la face à coup de « je m’accepte comme je suis ». Je ne me reconnais plus ; ce n’est pas moi, cette personne là. Je suis gênée dans certaines activités car j’ai des douleurs aux articulations, je ne vais plus courir car je sais que ce serait plus traumatisant que bénéfique, mon périnée essaie de se faire la malle à chaque fois que j’éternue… Quand je parlais du corps comme d’une coquille dont on doit prendre soin, le « body positive » m’a surtout servi d’excuse pour « profiter » sans penser au résultat. Et le résultat ne me convient pas DU TOUT.

Ça a été dur à accepter, et encore plus dur de poser ces mots ici. Mais je crois que c’est un premier pas indispensable pour retrouver un corps qui correspond plus à qui je suis à l’intérieur. A ce que j’ai envie de faire, maintenant et dans les prochaines années. Parce que j’ai bien conscience que si je ne réagis pas maintenant, le futur risque d’être encore plus compliqué. Alors on se retrousse les manches et on y s’y met !!!

La suite à venir ici, bien sûr 🙂

4 réflexions sur “40 ans, 20 kilos en trop et plus du tout la forme…”

  1. Virginie Spipile

    Hello Ludivine,
    Je n’ai jamais été dans la catégorie fille mince, mais après qq années difficiles je me retrouve totalement dans ton titre. Je n’ai même pas la solution pour faire autrement, tellement ces kilos me semblent énormes à perdre… Et je n’aime ni ce que je vois, ni ce que je ressens dans mon corps.
    Je reste à l’affût de tes prochains billets !

    1. Je crois aussi que j’étais un peu décourager par l’ampleur de la tâche. J’avoue que je ne sais pas exactement ce qui m’a créé un déclic, mais en tout cas il est là !!! En espérant que ça soit efficace et que ça puisse servir à d’autres 😉

  2. même si je n’ai pas eu de phase body positive parce que je ne me suis jamais acceptée, même quand j’étais très mince, je me reconnais complètement dans ce que tu décris. Notamment, tu le sais le vide qu’a créé en moi la maternité.
    Je ne me reconnais plus non plus, je m’autorise pas à m’acheter de nouveaux vêtements parce que non, ce corps ce n’est pas celui dans lequel je me sens bien. Je ne lui en demanderai pas autant qu’avant mais il faut comme toi que je retrouve la voie de ce mieux être physique. Mais par contre j’ai bien compris que ça passera automatiquement par réglé les problèmes que j’ai dans la tête. Et c’est pas gagné. Hâte de lire la suite !

    1. C’est un peu le 2ème effet kiss-cool : une fois que t’as réglé ce qui se passe dans la tête, tu réalises qu’il faut s’attaquer au corps, parce que l’énergie pour le faire revient. Une étape à la fois, je l’accepte beaucoup mieux depuis que j’ai compris que le plus important, c’était le cheminement, parce que de toute façon il n’y avait pas vraiment d’arrivée (enfin si, la même pour tous, mais je suis pas pressée d’y être..) ;-P

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.