Le jeûne intermittent #1 – Comment ça marche?

Pour ce premier thème de l’année dans la rubrique Le Test du Mois, mon choix s’est laissé guider par les circonstances. Après la période des fêtes, où on mange -beaucoup- trop, on est souvent à la recherche d’une petite détox, diète, ou autre monodiète pour mettre son corps au repos et repartir du bon pied.
Alors d’accord, janvier est déjà passé, on pourrait se dire que les abus c’est fini, et qu’on a retrouvé nos « bonnes » habitudes. Et aujourd’hui??? C’est la chandeleur! Bref, il y a toujours une bonne occasion de manger « gras, salé, sucré ». 😉

Face à cette abondance de nourriture, et ces occasion répétées de manger « trop » (en quantité, mais aussi, trop gras, trop sucré, etc…), difficile de rester à l’écoute de son corps et de ses sensations. On ne sait finalement plus quand on a faim, quand on n’a plus faim, et qui sait encore reconnaître la sensation de satiété avant d’avoir trop mangé.
L’objectif de ce premier test du mois est donc d’essayer de remettre les compteurs à zéro, et de se retrouver à l’écoute de son corps. Comment? En pratiquant le jeûne intermittent.

Le jeûne intermittent, en quoi ça consiste?

Le principe du jeûne intermittent est de réduire la plage horaire pendant laquelle on mange. Ou dit autrement, de ne pas manger pendant une période allant de 16 à 20 heures. Il rencontre un certain succès parmi les régimes à la mode pour perdre du poids, mais aussi parmi les adeptes des régimes « sains » qui prônent le retour à une façon de s’alimenter plus naturelle.
Il existe également un autre de type de jeûne qu’on peut qualifier d’intermittent, qui consiste lui à jeûner pendant 1 journée complète (24h  ou plus) régulièrement, chaque semaine en général.
De nombreuses études scientifiques ont en effet montré des effets bénéfiques du jeûne sur plusieurs paramètres physiologiques, qui seront l’objet du billet de la semaine prochaine.

Le jeûne intermittent, comment ça marche pour une maman?

L’idée du jeûne intermittent m’a d’abord séduite pour les effets physiologiques que j’ai découvert dans la littérature scientifique. Mais ne plus manger que sur une fenêtre de 4 à 8 heures par jour, hors de question! J’ai une vie familiale, sociale, pas question de faire n’importe quoi. J’ai donc choisi une solution mixte entre le jeûne intermittent quotidien et hebdomadaire, une version « light » qui s’adapte facilement à ma vie de famille.

Le jeûne intermittent consiste donc, dans mon cas, à jeûner 1 jour par semaine, pendant une durée allant de 16 à 20 heures. Durant cette période, je ne mange rien, par contre, je bois beaucoup : de l’eau, des tisanes (sans rien y ajouter, bien sûr) ou du thé. J’ai naturellement choisi le lundi, car en général les week-ends sont l’occasion de bien manger (comprendre « trop » manger), et le lundi n’est pas un jour où j’ai envie de manger.

En pratique, je commence mon jeûne le dimanche soir après le dîner, que je prends plutôt léger. Ensuite, c’est le plus facile, la nuit, je dors comme d’habitude 😉
Le lendemain matin, je prends un thé au petit-déjeuner (j’affectionne particulièrement le Japan Lime), histoire de ne pas casser ma routine du matin. Je ne ressens pas le manque du petit déjeuner, car je m’installe pour savourer mon moment calme comme d’habitude, avec simplement mon thé. Et mine de rien, je gagne du temps, c’est précieux le matin 😉
La matinée se déroule comme les jours où je ne jeûne pas, à ceci près que je fais l’effort de boire beaucoup. Je prépare systématiquement une grande théière (au moins 1L) que je sirote en travaillant. D’ailleurs, cette habitude devrait être quotidienne…

Les compagnons de ma matinée de jeûne

Les compagnons de ma matinée de jeûne

Le midi, je fais déjeuner les enfants. Sachant à l’avance que le lundi est mon jour de jeûne, j’essaie de prévoir un repas que je n’aime pas particulièrement, histoire de ne pas me frustrer inutilement. C’est le moment un peu critique, car j’ai tendance à être d’une humeur massacrante lorsque j’ai faim. Pour cette première journée, c’est plutôt le côté zen qui prédomine, à suivre les prochaines semaines…
Et dans l’après-midi, je me prépare une collation pour dé-jeûner (c’est étrange d’employer ce mot dans sa signification initiale…). Bien sûr, je ne casse pas mon jeûne en mangeant n’importe quoi! Je détaillerai la composition de la collation post-jeûne dans un prochain billet au cours du mois.

Le jeûne intermittent dans le Test du Mois

Ce premier billet n’est pas forcément passionnant, j’ai encore mille choses à dire sur le sujet, mais il était important de poser les bases, pour savoir de quoi exactement de quoi il s’agit lorsque je parle de mon expérience du jeûne intermittent.
Dans les 3 prochains billets, je parlerai bien sûr de mon ressenti et de mes sensations, comment elles vont évoluer (j’espère!) au fil du mois, comment ça se passe le restant de la semaine, etc… Je ferai un point chaque semaine, et j’en profiterai aussi pour détailler les résultats des études scientifiques qui montrent les intérêts du jeûne.
Si vous avez des questions sur le sujet, n’hésitez pas à les poser en commentaires, j’essaierai d’y répondre! Pour l’instant, j’ai une pâte à crêpe à préparer 😉

4 Comments on Le jeûne intermittent #1 – Comment ça marche?

  1. Marie - Maman de Crapaud
    03/02/2015 at 12 h 46 min (2 années ago)

    La blonde inside que je suis avait compris au début que tu jeûnais de 16h à 20h, soit pendant 4h… Je trouvais ça bizarre, car on le fait tous les jours. Boulet un jour, boulet toujours 🙂
    Bon courage en tout cas !

    Répondre
    • Ludivine
      03/02/2015 at 14 h 17 min (2 années ago)

      J’ai ri 😀
      Mais tu es excusée, on peut mettre ça sur le compte du syndrome du neurone unique!

      Répondre
  2. Caro
    04/02/2015 at 9 h 58 min (2 années ago)

    Perso, j’aimerai bien essayer cette expérience du jeûne.Par contre, je ne sais pas trop comment le mettre en place avec mon métier qui est assez physique comme tu le sais.Je ne voudrais pas manquer d’énergie

    Répondre
    • Ludivine
      04/02/2015 at 10 h 08 min (2 années ago)

      C’est assez surprenant mais à part les toutes premières fois, on ne ressent pas du tout le manque d’énergie, à condition de bien s’hydrater.
      L’idéal est sans doute de commencer pendant des vacances, ou peut-être le week-end si tu en as l’occasion!

      Répondre

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :