Reprendre la course à pied: mon expérience après 3 mois

Il y a bientôt 2 mois, je vous ai raconté comment j’avais repris la course à pied grâce à mes enfants. Moi qui n’avait jamais aimé courir (même si à certaines périodes de ma vie, je courais régulièrement), voilà que je m’étais mise à aimer ces petits moments en tête-à-tête avec chacun de mes crapouillots, dans la sueur et l’effort partagé…

Premier retour d’expérience

La question principale était : est-ce que ça va durer? Vais-je réussir à continuer, à aller courir régulièrement, avec plaisir, en gardant intact ma motivation? Parce que pour rappel, j’ai repris la course à pied mi-août… C’est à dire quand il faisait beau et chaud, et qu’un petit run « à la fraîche » pendant les vacances scolaires, c’était chouette!

Course à pied sous la pluie

Le sol trempé qui te donne pas franchement envie d’y aller…

3 mois plus tard, l’automne a fini par arriver (même s’il a bien pris son temps), le soleil et les températures douces ont laissé la place à la pluie et à la fraîcheur, et plus personne n’a envie de mettre le bout du nez dehors… Et pourtant, je continue! Sans pression, sans me sentir obligée, juste parce que j’ai envie d’aller courir. La grande nouveauté, c’est qu’en plus des sorties avec les enfants, j’ai commencé à aller courir seule. Le truc qui me semblait vraiment impossible avant! Parce qu’avec la rentrée, les devoirs le soir (coucou le CP!), et surtout la nuit qui tombe dès l’après-midi, les moments restants pour aller courir sont plutôt rares…

Comment garder sa motivation?

Alors le secret pour rester motivée quand on reprend la course à pied, pour continuer à avoir envie d’aller courir régulièrement… c’est « simplement » d’y prendre du plaisir! Dis comme ça, ça paraît justement trop simple. Et pourtant, c’est tellement vrai! Avant, je vivais mes sorties pour aller courir comme une contrainte, un moment désagréable par lequel il fallait passer pour rester en forme, atteindre les performances sportives nécessaires à la fac, ou garder la ligne. J’avais juste la satisfaction, a posteriori, de l’avoir fait. Aujourd’hui, chaque minute de course à pied est une minute heureuse, et je m’efforce d’en prendre conscience : être avec un de mes fils et discuter avec lui tranquillement, profiter du paysage (j’ai la chance d’être à la campagne), ou savourer un moment seule dans le silence (LE truc précieux quand tu es maman 😉 )

Pour arriver à ce sentiment, il y a eu une étape primordiale : trouver mon rythme de course. Parce que sérieusement, prendre du plaisir à courir quand on agonise à chaque foulée, parce qu’on s’essouffle et qu’on a un point de côté, c’est pas évident-évident (enfin je sais pas vous, mais moi j’ai du mal…). Et c’est là que mes enfants ont été essentiels : en discutant avec eux, ils m’ont obligés à courir suffisamment doucement pour ne pas m’essouffler (j’avoue qu’au début, je faisais limite du sur place). C’est ce qui m’a permis d’apprendre à courir tranquillement et agréablement!
Et non, ce n’est pas la même chose d’y aller avec une copine. D’abord, parce qu’on n’a pas forcément le même rythme. Ensuite, parce qu’on est deux (ou plus) à avoir des objectifs, et donc qu’on ne veut pas aller trop doucement. Et enfin, parce que si on est essoufflée, la copine comprendra qu’on ne réponde pas (surtout si elle aussi est essoufflée!), alors que votre enfant continuera à vous parler. Et surtout à vous demander des réponses. Encore et encore… Pour le côté calme et silencieux, on repassera, mais pour vous obliger à maintenir un rythme cool qui vous permet d’apprécier votre course, il n’y a pas mieux!

Voilà donc comment j’ai réussi à profiter dès la reprise, dès la toute première sortie, de mes sessions course à pied, et même à trouver ça agréable. Tellement agréable que j’ai envie d’y aller super souvent! Si, si! Et c’est là une autre astuce pour garder sa motivation: ne pas en faire trop. Quand on reprend le sport, on est toujours super motivé. La plus grosse difficulté, c’est de conserver cette motivation au fil du temps! Et pour ça, rien de telle qu’une petite frustration. Alors bien évidemment, ça ne peut marcher que si vous vous faites vraiment plaisir en allant courir. SI c’est une corvée, vous serez bien contente d’y échapper! Mais pour moi, c’est un moment où je m’éclate tellement que ne pas y aller, ça m’ennuie. Il y a bien sûr derrière tout ça des histoires d’hormones et d’endorphines, mais ce sera le sujet d’un prochain billet car ce n’est pas si simple. Bref, je vais courir 2 à 3 fois par semaine selon mes disponibilités, même si bien souvent, j’ai envie d’y aller tous les jours. Sauf que si je le faisais, je pense que j’aurais déjà arrêtée… L’entraînement aurait été trop intense, je me serais épuisée au lieu de progresser, et j’aurais abandonné.

Mes progrès

Et oui, les progrès, parlons-en! Car c’est aussi un facteur super important pour la motivation! Et l’avantage de la course à pied, c’est que quand on débute, on progresse vite 🙂

RunKeeper Distance Course à pied

Petit à petit, on augmente la distance

J’ai commencé par des sorties de 2-3 km. Je trouvais ça ridicule, mais j’étais bien au niveau des sensations. Et je trouvais quand même pas si mal de réussir à courir 20 minutes d’affilée sans pause (oui, je partais de trèèès loin : en gros, arrêt du sport depuis 7 ans) . J’alternais avec des marches rapides entre copines beaucoup plus longues, 1h30 /2h, voire plus.

RunKeeperAoût

Mes premières sorties du mois d’Août

En étant régulière, j’ai doucement (mais surement) allongé mon temps et ma distance de course : en septembre, je courais 1 fois sur 2 entre 3 et 4 km, et l’autre fois je restais sur des circuits plus courts (pour caser facilement un moment pour courir dans nos emplois du temps post-rentrée).
Et puis début octobre, une jolie petite victoire: j’ai passé pour la 1ère fois la barre des 5 km. A mon tout petit rythme (j’ai mis presque 45 minutes), mais ça a été une vraie satisfaction de me dire que j’étais capable 1/ de courir 5 km, 2/ sans m’arrêter, 3/ en étant plutôt à l’aise et même pas essoufflée!
Par contre, mes genoux abîmés n’ont pas trop aimé ces sorties un peu plus longues 🙁 Du coup, j’ai entrecoupé non plus avec des marches, mais avec des sorties vélo. De 5, puis 10, puis 15km. Galvanisée par mes progrès, j’ai carrément tenté le retour du centre de loisirs en courant, le 31 octobre. 7,43km, 57’57 », à 7’48 » de moyenne au kilomètre. Ma plus grande fierté. En courant seule, en plus!

RunKeeper 7km

Je continue de l’admirer!

Forcément, ça n’a fait que renforcer ma motivation à continuer la course à pied malgré les premières températures hivernales. Depuis début novembre, j’arrive donc à courir tous les 2/3 jours, avec un plaisir qui grandit à chaque fois. Je cours plus de 5 km en ayant l’impression de faire une promenade de santé, alors que RunKeeper me dit que je vais bien plus vite que lors de mes premières sorties de 2 km.

Je suis encore loin de mes collègues mamans adeptes de la course à pied, qui me motivent sur RunKeeper justement. C’est super motivant, et je continue à m’améliorer, et à mesurer le chemin parcouru.

S’il devait y avoir un bémol (tout n’est pas si parfait, non,non), ce serait les résultats physiques. Déjà, je n’ai absolument pas perdu de poids. Ce n’était pas mon objectif non plus, mais pour celles qui seraient tentées de se mettre à la course à pied pour maigrir, mieux vaut le savoir, c’est pas forcément le bon plan. Tout simplement parce que quand tu cours, après, tu as faim. Je en suis pas au régime, je mange ce dont j’ai besoin, donc je ne maigris pas –> logique. Par contre, comme toutes beaucoup de mamans, il me reste un petit ventre persistant après mes 3 crapouillots Autant la course à pied permet de raffermir  l’ensemble du corps et de se remuscler les membres inférieurs (bienvenue le fessier rebondi, les cuisses fuselées et les mollets galbées), autant courir ne permet pas de perdre du ventre… Du coup, je prépare un nouveau challenge pour compléter mes sorties course à pied. Ce sera à suivre sur le blog bien sûr, dès la semaine prochaine! Alors.. #StayTuned 😉

2 Comments on Reprendre la course à pied: mon expérience après 3 mois

  1. Comme des images
    12/11/2014 at 14 h 46 min (3 années ago)

    Je t’ai croisée hier matin et je me suis dit que tu étais effectivement TRES motivée vu le temps pourri de 11 novembre… J’avoue y aller beaucoup moins (pas du tout) depuis l’arrivée de l’automne, j’admire ta motivation !

    Répondre
    • Ludivine
      14/11/2014 at 10 h 14 min (3 années ago)

      Ton com était passé dans les spams 🙁
      En fait je n’ai pas à me motiver, j’ai juste super envie d’y aller! (j’ai toujours du mal à y croire en l’écrivant…)
      Et en plus, je suis rentrée juste avant la pluie 🙂

      Répondre

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :